Programme du Mémorial ACTe

POUR PROFITER DES EXPOSITIONS DU MEMORIAL ACTE, C’EST SIMPLY! ALLER SIMPLE DÈS 69€* 
Air Caraïbes, partenaire-transporteur officiel du Mémorial ACTe (Centre caribéen d’expressions et de mémoire de la traite de l’esclavage) vous propose ses meilleurs tarifs Simply pour vous rendre à Pointe-à-Pitre. 

*Tarif TTC. Par personne. Aller uniquement. Sans bagage en soute. Depuis Saint-Martin dès 69€. Depuis Fort-de-France dès 89€.

La Région Guadeloupe, le Mémorial ACTe en partenariat avec Roots éditions présentent

Rencontres & dédicaces

«LITTLEMALCOLM» en présence de l’auteure Ilyasah SHABAZZ, fille de Malcom X.

MARDI 21 MAI

A l’occasion de la présentation de son livre « Little Malcom », nous vous invitons à une rencontre inédite avec Ilyasah SHABAZZ, la fille de Malcom X. Elle nous conte l’histoire de son père alors qu’il était enfant. Sous forme de regards croisés avec Max DIAKOK er Raymonde PATER TORIN, ils tisseront avec le public, des souvenirs d’enfances. Ils nous raconteront comment à partir de leurs mémoires, ils mettent en écriture livre, danse, spectacle…

TOUT PUBLIC
09h30 Scolaire / 19h00 Tout public (durée : 120 min)
Salle des congrès et des arts vivants

Théâtre

ALIENATION(S)

JEUDI 9 MAI

Sophia est une jeune martiniquaise ayant fini ses études à Paris. Lors d’une réunion familiale, elle découvre une partie de la vie de sa mère, avec qui elle avait une relation impersonnelle. De sa migration, à l’époque par l’intermédiaire du BUMIDOM, à son rapport aux hommes, tout résonne et fait écho à sa propre vie. Remonte alors à la surface son histoire trouble autant avec sa terre d’accueil qu’avec sa terre d’origine. Est-elle vraiment libre de ses choix ?

Texte, mise en scène, jeu et scénographie : Françoise DÔ
Production : Tropiques Atrium Scène Nationale
Coproduction : Compagnie Bleus et ardoise.

TOUT PUBLIC
10h00 Scolaires / 20h00 Tout public (durée : 60 min)
Salle des congrès et des arts vivants

Conférence autour de l'exposition "Trésors de l'art Taïno"

"HISTOIRE ET PROBLEMES DE L'UTILISATION DU CONCEPT TAÏNO DANS L'ARCHEOLOGIE DES GRANDES ANTILLES "

VENDREDI 10 MAI

Le terme Taïno a traditionnellement été utilisé pour désigner une forme d’identité culturelle partagée par les groupes qui occupaient les Grandes Antilles à l’époque du contact. Cette perspective suppose que ces groupes appartenaient à un même contexte culturel en raison d’une ascendance commune.Cependant,des recherches archéologiques et ethno historiques récentes dans les Grandes Antilles ont révélé un niveau plus élevé de diversité et de variabilité culturelle que ce qu’implique le concept de Taïno. Cette conférence présente l’historique du concept et examine trois études récentes ayant proposé de nouvelles façons d’aborder le problème. La conférence présentera les implications de cette nouvelle perspective pour les recherches futures, leurs limites, la manière dont elles peuvent être mal appliquées, ainsi que la mesure de leurs applications dans différents contextes.

Intervenant : Dr. L. Antonio CURET, conservateur au Smithsonian-National Museum of American Indian,Washington.
Modératrice : Dominique BONNISSENT, conservatrice régionale de l’archéologie,
DAC Guadeloupe, commissaire de l’exposition «Trésors de l’art Taïno».

TOUT PUBLIC
19h00 (durée : 20 min)
Salle des congrès et des arts vivants
Entrée libre

Spectacle chorégraphique

DIOUMA, «LAFRIK KA KRIYÉ MWEN» (CIEKOKLAYA)

MARDI 14 MAI / MERCREDI 15 MAI

Même reniées, rejetées, refoulées, les racines sont là, au détour de nos vies, attendant le moment opportun pour surgir, surprendre, s’affirmer. Ce spectacle est une rencontre de postures, de mouvements, de sons où les liens se renouent, se retrouvent : La boucle se boucle. TROIS devient TOI : Le cercle des retrouvailles se reforme en toute unicité ! Une création sensible, une aventure introspective sur nos peurs qui se manifestent en nous souvent par crainte du rejet, du mépris de l’autre, cet autre qui pourtant nous ressemble tant. Chorégraphe-metteur en scène : Raymonde PATER TORIN
Acteurs : 7 danseurs (6 femmes 1 homme) 2 tanbouyé percussionnistes.

TOUT PUBLIC 
09h30 Scolaires (14 mai) 20h00 Tout public (14 mai) / 18h00 (15 mai)
Durée : 55 min 

Salle des congrès et des arts vivants

Conférence autour de l’exposition

«Trésors de l’art Taïno» "LES SOCIÉTÉS AMÉRINDIENNES DES ANTILLES À LA SUITE DES RENCONTRES DE 1492"

JEUDI 16 MAI

Conférence suivie de la projection du documentaire : « Bajo de la tierra del encuentro : las raices de America » ou « Sous le sol de la rencontre » Au moment de l’invasion européenne du Nouveau Monde, la Caraïbe était peuplée de sociétés amérindiennes, dénommée Tainos, Caraïbes et autres, dont leurs ancêtres étaient entrés dans l’archipel entre 6000 et 4000 ans av. J.-C. en provenance de différentes régions de l’Amérique du Sud et Centrale. De vastes réseaux d’échanges reliant les sociétés insulaires entre-elles se sont établis au fil des siècles. En tant que centre des premières rencontres entre l’Ancien et le Nouveau Monde, la Caraïbe a été l’espace initial du continent Américain où la dynamique interculturelle amérindienne, africaine et européenne a conduit à la formation de nouvelles identités et de nouveaux mondes sociaux et matériels. La colonisation européenne de la Caraïbe ne constituait pas un événement isolé, mais plutôt une série de processus, certaines îles ont résisté au contrôle européen jusqu’au XIXe siècle. Cette présentation est centrée sur l’histoire profonde, les transformations et la résistance des sociétés amérindiennes de la Caraïbe à la suite des rencontres coloniales de 1492.
Intervenante : Dr. Corinne HOFMAN,
Professeure d’archéologie des Caraïbes.
Modératrice : Dominique BONNISSENT, conservatrice régionale de l’archéologie,
DAC Guadeloupe, commissaire de l’exposition «Trésors de l’art Taïno».

TOUT PUBLIC 19h00 (durée : 120 min) 
Salle des ateliers modulables 
Entrée libre (dans la limite des places disponibles)

Spectacle

LES CHAMPIGNONS DE PARIS

VENDREDI 17 MAI / SAMEDI 18 MAI

Avec «LES CHAMPIGNONS DE PARIS», l’auteure revient sur une période de l’histoire de la Polynésie française, souvent sujette à controverse, c’est permettre à tous de mieux comprendre pourquoi et comment se sont déroulés les essais nucléaires menés par l’Etat français, à partir des témoignages existants et des documents déclassifiés «secret défense». En contribuant à la libération de la parole et à un travail de mémoire, le spectacle participe à la construction de relations apaisées entre la France et la Polynésie française, dans une recherche de justice et de vérité. Il s’inscrit d’ailleurs dans un nouveau contexte politique puisque pour la 1ère fois, en février 2016, un demi-siècle après le premier tir sur Moruroa, l’Etat français, par la voix de son Président, a fait tomber le mythe des «essais propres» et a enfin reconnu que les essais nucléaires ont eu des impacts environnementaux, sanitaires et sociaux au sein des populations polynésiennes.

Auteure : Émilie Genaedig
Mise en scène de François Bourcier
Comédiens : Guillaume GAY, Tepa TEURU, Tuarii TRACQUI
Une production de la Cie du Caméléon
Avec le soutien de l’association Beaumarchais-SACD à l’écriture et à la production.

TOUT PUBLIC 
09h30 Scolaires (17 mai) 20h00 Tout public (17 et 18 mai) 
Durée : 1h35
Salle des congrès et des arts vivants

Rencontre

«PARCOURS D’ARTISTES : TRACES & GENÈSE» (LES RENDEZ-VOUS DE LA GÉNÉALOGIE) avec Raymonde PATER TORIN 

SAMEDI 18 MAI

Ce nouveau rendez-vous en 2019 initié au cœur du centre de généalogie invite le public à une autre approche de la question généalogique à partir du parcours de Raymonde PATER TORIN. Parcours: Son histoire, sa famille, son engagement… Traces & genèse : L’histoire de son patronyme, son enracinement, les rencontres qui font d’elle, la femme qu’elle est devenue. A travers l’histoire personnelle de l’artiste faite l’expérience d’une approche de l’étude généalogique de façon vraiment originale!

TOUT PUBLIC 10h00 (durée : 90 min) 
Salle des ateliers modulables

Initiation danse

« APWANN RANTRÉ É DANSÉ AN WOND A LÉWÒZ K IKÒ A-W PÒTAN KI KÒ A-W AN DYANN AN DYANN » avec Raymon de PATERTORIN

DIMANCHE 19 MAI

Autour et avec Raymonde PATER TORIN, ce trimestre se dessine entre résistances et liberté.
Avec Daniel SAVONNIER & Fanswa LADREZEAU

TOUT PUBLIC (dès 3 ans)
Un atelier adapté aux sourds et malentendants
Avec interprétation en langue des signes
16h00>18h00
Terrasse événementielle

Conte musical et chorégraphique

WAKA DOUVAN JOU

JEUDI 23 MAI / VENDREDI 24 MAI

Ce conte onirique se veut une relecture des mythes et rites issus de la Caraïbe. Au-delà des faits historiques, ce qui est recherché, c’est une plongée dans un univers qui malgré son lot de souffrance, d’injustice et de frustration, a suscité la créativité des travailleurs de la terre. Sur l’ile imaginaire de Malaka, un arbre magique, un arbre a sons, au lieu de donner des fruits donne des tambours. Dans ce spectacle, s’entrelacent la musique et la danse Gwoka avec les paroles poétiques charroyées (transportées) par le conteur. S’y mêlent le conte, les chants et la danse et des extraits d’auteurs antillais (Ernest Pépin, Guy Tirolien, Philippe Cantinol), proposant des moments d’interactivité. De ce fait, il a pour vocation a susciter le débat et place le spectateur au cœur du récit par une catharsis salutaire. Sur fond de réalisme merveilleux caribéen et usant de certains créolismes, il invite au rêve, au dépassement de soi, a la générosité et a la solidarité. C’est un hommage, avisée universelle, a la capacité de résilience de tout être humain en situation d’exploitation et de chosification.

Écriture et chorégraphie : MaxDIAKOK
Mise en scène: Daniély FRANCISQUE et Max DIAKOK
Le conteur : Philippe CANTINOL
Les danseurs : Rosy LEEN et Max DIAKOK
Les musiciens : Emmanuel RÉVEILLÉ et Jony LEROND,

Ce spectacle de la Compagnie Boukousou est labellisé par le Ministère de la Culture et de la Communication et parle CNMHE. Avec le soutien de la Mairie de Paris.

TOUT PUBLIC
09h30 (23 mai, scolaires) / 20h00 (24 mai, tout public)
Durée : 45 min (scolaires) /60 min (tout public)
Salle des congrès et des arts vivants
Tout retard du public fera l’objet d’un refus d’accès à la représentation.

Initiation danse

KALAKASWÉ avec Max DIAKOK

DIMANCHE 26 MAI

DANSER entre quête métaphysique et lutte émancipatrice c’est ce qui conduit Max DIAKOK. Pour ce Kalakaswé il convoque les 7 rythmes du KA en s’adressant à tous les publics. A travers cette initiation accessible dès le plus jeune âge, le chorégraphe accompagné de Fanswa LADREZEAU et de Daniel SAVONNIER prolonge un temps de partage et de transmission après les récentes représentations de ses spectacles au Mémorial ACTe.

TOUT PUBLIC (dès 3 ans)
16h00>18h00
Terrasse événementielle

PARTAGER

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/22392fe3afbad7ae7ea8b29cd01540c8/web/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 352