Air Caraïbes, partenaire officiel du 7ème Festival Monde en Vues

monde en vues

(Festival International du Film des Droits Humains), Guadeloupe, du 27 Novembre au 03 Décembre 2020

Air Caraïbes, réitère son partenariat avec l’Association Alliance Ciné Caraïbes à l’occasion du Festival Mondes en Vues 2020.
Engagé, ce Festival s’appuie sur la force de l’outil cinématographique pour partager les réalités liées aux droits de l’homme dans le monde, (voire les dénoncer parfois)
A travers une programmation éclectique et de qualité, la 7ème édition du Festival Monde en Vues propose d’éveiller des consciences, parfois les bousculer, à travers nos histoires et des faits marquants de l’actualité.

Le Projet 2020

La programmation du festival tournera autour d’une vingtaine de documentaires et films de fiction.
L’essentiel de la programmation est inédit en Guadeloupe, et sera cadencée par des rencontres et débats en présence de réalisateurs et/ou d’acteurs associatifs et institutionnels locaux.
Par ici le programme > http://festival-droits-de-lhomme.org/doc/2020/Catalogue_FIFDH_2020.pdf

Divers invités de renom seront présents, tels que :

Eva Doumbia

Elle commence par des études de lettres et de théâtre à l’université de Provence Aix-Marseille 1. Elle intègre en 2001 l’Unité nomade de formation à la mise en scène. Elle y étudie auprès de Jacques Lassalle, Krystian Lupa, André Engel et Dominique Müller.

En 1999, elle crée à Marseille la compagnie La Part du pauvre. Trois ans plus tard, Doumbia crée un second groupe à Abidjan, Nana Triban, du nom de la sœur héroïque de l’empereur Soundiata Keïta, figure mythique de l’Afrique précoloniale. En 2013, elle fusionne les deux compagnies qui deviennent La Part du pauvre/Nana Triban.

Mame-Fatou Niang

Enseignante-chercheure à Carnegie Mellon University (Pittsburgh, USA). Elle s’intéresse aux questions urbaines dans la littérature française contemporaine, ainsi qu’à l’étude de la diaspora noire en Europe. En 2015, elle co-réalisait “Mariannes Noires”, un documentaire sur les parcours de sept Afro-Françaises. Elle est l’autrice de « Identités Françaises » (2020), un ouvrage qui interroge les notions d’inclusion, de marginalisation et d’identité nationale dans la France contemporaine. Mame-Fatou est aussi co-autrice d’une série photographique sur les pratiques religieuses d’afro-parisiens.

Steve Gadet

Maître de conférences en histoire des Etats-Unis à l’université des Antilles. C’est un activiste qui s’investit sur des questions touchant à l’éducation et la prévention de la délinquance. Il est auteur d’une vingtaine d’ouvrages et d’articles universitaires. Son dernier livre s’intitule Lettre à Tupac aux éditions Café noir. Il est originaire de Guadeloupe et vit en Martinique.

Jean-Pierre Sainton

Professeur à l’Université des Antilles, spécialiste de l’histoire sociale et politique de la Caraïbe et tout particulièrement des Antilles françaises, il signe avec « Mé 67 : mémoire d’un événement » son premier travail militant. En 1986, il observe un “affaissement du militantisme” dont il analyse les causes. Il explique son désir d’enseigner une histoire “profondément humaine”, en prenant le contre-exemple du Code noir.
Il travaille également à la mise en place de deux masters : un master sur l’histoire patrimoniale en Martinique en un master de Sciences humaines et sociales en Guadeloupe pour faire “avancer la compréhension de l’histoire”. Et interroge le rôle de l’histoire orale dans la mémoire sociale.

Fanny Glissant

Productrice de documentaires, elle a accompagné et produit des films d’histoire prime-time comme « Dénoncer sous l’Occupation » ou « La Guerre des enfants » ainsi que des films d’investigation et de société/politique tels que « Syrie, enfants en guerre » ou « Trafics ». Elle a aussi produit des films permettant d’appréhender les problématiques du monde contemporain comme « Climato sceptiques : la guerre du climat » et des films Arts et Culture, tels que « Orson Welles, autopsie d’une légende » (Festival de Cannes 2015) et « Karen Blixen, songe d’une nuit africaine ». En 2018, en tant que réalisatrice, elle signe sa première série internationale : « Les Routes de l’Esclavage ».

Maboula Soumahoro

Doctoresse en civilisations du monde anglophone, spécialiste en études afro-américaine et de la diaspora noire/africaine. Elle enseigne à l’université de Tours (France) et au sein de nombreux autres établissements en France et aux Etats-Unis : Bennington College, Columbia University (New York et Paris) et Barnard College, Stanford University (Paris), Sciences Po (Paris et Reims). Membre du Comité National pour l’Histoire et la Mémoire de l’Esclavage (CNMHE), elle préside depuis 2013 l’association Black History Month (BHM), dédiée à la célébration de l’histoire et des cultures du monde noir. Elle est l’autrice de « Le Triangle et l’Hexagone, réflexions sur une identité noire » (La Découverte, fév 2020).

Héctor M. Valdez

En 2009, il a réalisé et produit son premier court métrage : El Fallo.
Après avoir obtenu son diplôme à l’Université McGill à Montréal, il est retourné en République dominicaine en 2012 et s’est lancé dans la réalisation de son premier long métrage : « Al Sur de la Inocencia », projeté dans de nombreux festivals. En 2014, il a cofondé Bou Group : une société de production cinématographique basée à Saint-Domingue. En 2015, il a produit le film « Todos los hombres son iguales », réalisé par le réalisateur espagnol Manuel Gómez Pereira. « Malpaso » est sa dernière réalisation.

Naïl Ver-Ndoye

Historien et auteur, Naïl Ver-Ndoye enseignait au lycée avant de devenir Conseiller pour les ressources pédagogiques et les partenariats culturels au sein du Ministère de l’Education Nationale de la Jeunesse et des Sports. Titulaire de maîtrises en histoire et en droit public et d’un master en didactique de l’histoire. Auteur de l’anthologie d’histoire de l’art « Noir entre peinture et histoire » (Omniscience, 2018) et de l’ouvrage juridique « Professeur, droit, responsabilité, carrière » (Retz 2013).

Ti Malo

Romancier, poète, auteur-compositeur créolophone, Ti Malo a grandi à Bouillante, en Guadeloupe. Il est auteur de la première série de romans créolophones avec Dyablès (2015) et Channda (2019).
Il est également l’auteur de deux recueils de poèmes « Pawòl a lòm vo lòm » (2007), et « 12 textes dans l’avion » (2009). Son premier album « Pawol Funk-Kè » (2008) est récompensé par le prix Auteur de la Sacem Guadeloupe en 2010. En 2012, il sort « Dé Moun », une histoire d’amour qui se déroule durant le mouvement social de 2009. Cette œuvre, déclinée en un concept-album et un recueil qui sera complété par « Rèbèlòt ». Depuis août 2019, Ti Malo produit « Tann & Konprann », un podcast entièrement en créole.
Dans ses œuvres, il transforme notre expérience désenchantée du monde en utopie créatrice, créant ainsi une mythologie puissante dont le chien créole et autres animaux fabuleux et bestiaires qui peuplent ses toiles représentent à la fois les espaces de notre liberté et de nos paradoxes.

Ronald Cyrille

L’auteur du personnage de l’affiche du festival. Jeune plasticien guadeloupéen : Ronald Cyrille. Ses métaphores plastiques parlent de l’humanité, à travers une animalité dont elle n’a pas fait le deuil.

Où se rendre pour participer aux projections proposées par le Festival ?

  • Abymes : Palais de la culture Félix Proto
  • Le Gosier : Médiathèque Raoul Georges Nicolo
  • Port Louis : Médiathèque de Port Louis
  • Pointe-à-Pitre : Le Memorial Acte
  • Deshaies : Bibliothèque de Deshaies
  • Gourbeyre : Salle Gilles Floro
  • Basse Terre : D’Arbaud
  • Sainte-Anne : Pôle technologique de Douville

A travers ce partenariat, Air Caraïbes marque son engagement et sa fierté de contribuer à sensibiliser sur le fait que la libre expression des droits des hommes doivent toujours rester un préalable non négociable.

L’actualité nous pousse à partager non sans émotion, cet article 19 de la déclaration universelle des droits de l’Homme :

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir, et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelques moyens d’expression que ce soit. »

Je réserve !

Air Caraïbes vous souhaite un bon voyage autour du 7ème art !

PARTAGER