Carnaval: traditions et coutumes vues par Air Caraïbes

Comme de nombreuses fêtes, la tradition du Carnaval doit ses origines à l’église catholique. Aux Antilles Françaises, il débute dès le jour de l’Epiphanie, jour des Rois et prend fin la veille du Mercredi des Cendres, le Mardi Gras. Notons que les carnavals des îles anglophones s’organisent plutôt entre les mois de Juillet et Août. 

Le Carnaval aux Antilles annonçait la période qu’imposent les restrictions du Carême. Au rythme des tambours, les populations se déchainaient dans les rues, vêtues de leurs déguisements et masques aux couleurs d’origine africaine.

Traditions et coutumes du carnaval antillais

Les coutumes résistent aux temps… le Carnaval, très apprécié, est une période de divertissement qui déplace les 7 à 77 ans. Toutefois, il est déjà appréciable de découvrir un avant goût du Carnaval dès le premier week-end après la Galette des Rois.

Retrouvez les événements de ce Carnaval 2015 dans l’Agenda des Carnavals.

Les défilés carnavalesques aux couleurs chatoyantes et au rythme des groupes à pied et chars s’imposent dans les rues des communes durant les jours gras. Les festivités débutent véritablement dès le samedi gras.

Carnaval - Groupe à pied

Une chose est sûre…vous ne pourrez pas le rater, Sa Majesté le Roi Vaval, figure mythique du carnaval des Antilles. Intronisé au début du Carnaval, Il est le roi du carnaval et sera accompagné de ses reines et mini-reines; il meurt le Mercredi des Cendres.

Des personnages typiques à chaque région déambulent dans les vidés…

En Guyane

Carnaval - Touloulou

Défilant dans la rue, l’un des plus célèbres personnages, le Touloulou est une dame habillée de manière élégante de la tête aux pieds et vêtue d’un jupon, d’une cagoule et d’un loup (masque); il participe aussi aux bals masqués à l’image des femmes bourgeoises des XVIIIème et XIXème siècles.

Les « Nèg’marrons » sont des groupes d’hommes vêtus d’un Kalimbé (pagne rouge), enduits d’huile et de suie en mémoire aux esclaves. Une graine d’Awara dans la bouche, ils cherchent à s’essuyer contre les passants en les aspergeant de noir… Attention à vous ! Et vous pourrez croiser bien d’autres personnages… comme «Zombi baréyo», le «Jé farin», «Bobi», «Karolin», «Lanmo» (la mort), «Soussouris» (la chauve-souris), «Dab rou» (Diable rouge).

En Martinique

Outre le personnage de Vaval, on retrouve également d’autres figures dans le carnaval de la Martinique, comme des personnalités historiques, politiques, mais aussi des personnages effrayants tels que les « Diables rouges », « Marianne Lapofig » et ses vêtements faits de feuilles de bananier séchées, les « Nèg gwo siwo » (nègres gros sirop), ou encore les « Pleureuses » qui comme le nom l’indique, pleurent la mort du Roi Vaval le Mercredi des Cendres.

masque_a_fouet

En Guadeloupe

Des masques viendront vous effrayer…

« Mass a lan-mò » (Masques de la mort) souvent drapé de blanc ou de noir et porte un masque funéraire. Pendant le défilé, il peut envelopper la foule ou piquer le spectateur d’une épingle. Virilité et fécondité représentées par « Mass a fwet » (Masques à fouet), il est souvent habillé de chemise et de pantalon en tissu madras, tête encagoulée et masquée. Hommage à la communauté indienne, « Mass a miwa » (Masques à miroirs) porte un costume de tissus de couleurs vives ou de madras, parsemé de fragments de miroirs.

Ou encore « Mass a kongo »,  « Mass a rubans », « Mass a hangnion », « Mas a rannyon », « Mass a Lous », « Mass a roukou », « Mas a konn» et bien d’autres, peut-être déambuleront devant vous…

Venez à la rencontre de tous ces costumes et personnages mythiques du Carnaval, et défilez au rythme des tambours endiablés dans les rues de Cayenne, de Fort-de-France ou de Pointe-à-Pitre.

PARTAGER